HATERADIO
HATE RADIO
HATE RADIO

pedago  dossier pédagogique   press dossier de presse

Idée, texte & mise en scène : Milo Rau

une production IIPM-International Institute of Political Murder

 

Milo Rau crée des spectacles chocs en travaillant sur des événements politiques violents issus de l’Histoire récente. Avec Hate Radio, il présente, avec rigueur et intelligence, un « théâtre du réel » saisissant. Dans un cube de verre est reconstitué le studio de la Radio des Mille Collines (RTLM), rouage de la mécanique génocidaire mise en place au Rwanda en 1993-94. L’hyper réalisme de Hate Radio tient à son dispositif immersif, chaque spectateur est aussi auditeur, muni d’un transistor et d’un casque, il écoute l’émission qui se déroule en direct au plateau. Milo Rau montre avec cette pièce, éminemment politique, comment les mots peuvent tuer.

Au cours des mois d’avril, de mai et de juin 1994, on estime qu’entre 800 000 et 1 million de personnes appartenant à la minorité Tutsi ainsi que des milliers de Hutu modérés sont assassinés au Rwanda. Bien avant les “100 jours”, la station de radio la plus populaire du pays, la “Radio-Télévision Libre des Mille Collines” (RTLM) a pratiqué, quotidiennement, avec des techniques innovantes, un véritable lavage de cerveau chez ses auditeurs. La programmation mêlait à la musique pop, aux reportages sportifs, des pamphlets politiques et des appels explicites au meurtre. Le studio de RTLM est ainsi devenu en quelques mois, un laboratoire de propagation d’idées racistes, égrenées au milieu d’émissions de divertissement.

Ce qui m’intéresse, c’est de montrer ce que personne ne voit vraiment. Avec Hate Radio, c’était le studio et le quotidien des animateurs. Il s’agissait de révéler la banalité du génocide à travers le travail quotidien des animateurs et journalistes. On les voit s’amuser et boire une bière, tandis que les cadavres s’amoncellent hors du studio. Le théâtre permet de montrer la face cachée.

Milo Rau, propos recueillis par Jean-François Perrier, Festival d’Avignon,  extraits
 

Pour les petits humains !

Vendredi 19 février à 20h : pendant que vous assistez à la représentation de Hate Radio, confiez-nous vos enfants (de 5 à 11 ans) pour un atelier créatif et ludique sur place.

Tarif : un enfant 10€, à partir du deuxième 5€

Inscriptions et renseignements au 04 67 99 25 00.

Cet atelier est proposé et encadré par Môm’art Factory.

Lien : Momart Factory


avec : (live) Afazali Dewaele, Sébastien Foucault, Diogène Ntarindwa, Bwanga Pilipili; (vidéo) Estelle Marion, Nancy Nkusi
dramaturgie & production : Jens Dietrich
scénographie & costumes : Anton Lukas
vidéo : Marcel Bächtiger
son : Jens Baudisch
assistanat à la mise en scène : Mascha Euchner-Martinez
collaboration scientifique : Eva-Maria Bertschy
dramaturgie et production : Milena Kipfmüller
relations publiques: Yven Augustin
corporate design : Nina Wolters
conseils: Assumpta Mugiraneza, Simone Schlindwein, Marie-Soleil Frère
distribution (Bruxelles/Genève): Sebastiâo Tadzio
distribution (Kigali): Didacienne Nibagwire
production : IIPM-International Institute of Political Murder, Berlin / Zurich
coproductions : Hauptstadtkulturfonds Berlin, le Migros-Kulturprozent Schweiz, Pro Helvetia – Schweizer Kulturstiftung, le Kulturamt St. Gallen, le Kunsthaus Bregenz, le Ernst Göhner Stiftung, le HAU Berlin, le Schlachthaus Theater Bern, le Beursschouwburg Bruxelles, le migros museum für gegenwartskunst Zurich, la Kaserne Bâle, le Südpol Lucerne, le Verbrecher Verlag Berlin, le Kigali Genocide Memorial Centre.
avec le soutien de : Pro Helvetia, Kulturelles.bl (Basel), Amt für Kultur Luzern, le Goethe-Institut Bruxelles, le Goethe-Institut Johannesburg, Brussel Airlines, Spacial Solutions, la Commission Nationale de Lutte contre le Génocide (CNLG), le Deutscher Entwicklungsdienst (DED), Contact FM Kigali et IBUKA Rwanda, la Hochschule der Künste Berne (HKB), la fondation Friede Springer Stiftung.
 PH_logo_byline_FR_black
Spectacle en français et en kinyarwanda surtitré en français

Conférence de Lucie Kempf le 17 février à 12h45 à La Panacée
Rencontre avec l’équipe artistique le 18 février à l’issue de la représentation

Lire la suite